Éco-conseils

L’eau est un bien commun précieux qui doit être économisé. En effet, avec le changement climatique qui provoque la multiplication des sécheresses et, la croissance démographique, l’eau pourra être amenée à manquer. Chacun à son rythme, il est possible de réduire ses consommations d’eau potable ce qui permettra de réduire le montant de la facture.

Avoir un comportement éco citoyen, c’est prendre conscience des conséquences de nos actions et changer nos habitudes.

  • C’est d’abord prendre conscience que notre mode de vie à un impact sur notre environnement,
  • C’est adopter des gestes simples au quotidien pour améliorer notre environnement : ce sont les éco-gestes.

Qu’est-ce qu’un éco-geste ?

C’est un geste banal de la vie de tous les jours, qui va intégrer les valeurs du développement durable dont la protection de l’environnement. Et le développement durable, « c’est répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Ces éco gestes, nous pouvons les faire à différents moments de la journée : en déposant les enfants à l’école, en se lavant, en jardinant, en faisant les courses … Économiser l’eau, utiliser des ampoules basse consommation, prendre les transports en commun, trier ses déchets…, les actions sont multiples pour préserver notre environnement.

Le saviez-vous ?

  • Douche : 30 à 60 litres
  • Bain : 150 à 200 litres
  • Lave-vaisselle : 10 à 30 litres
  • Lave-linge : 60 litres
  • Chasse d’eau : 6 à 12 litres
  • 93% de l’eau consommée sont utilisés pour l’hygiène corporelle, les sanitaires, l’entretien de l’habitat et les tâches ménagères
  • 7% de l’eau consommée sont utilisés pour la boisson et la préparation des repas.
L’eau est prélevée dans la nature, dans les nappes phréatiques, dans les rivières ou dans les lacs qui sont aussi les réserves d’eau des animaux et des végétaux. Une fois utilisée, l’eau est en partie traitée puis rejetée encore impure dans l’environnement.

Chacun de nous peut, au quotidien, modifier ses habitudes et réduire sa consommation d’eau jusqu’à 30%.

A la maison… pour la toilette

  • Je prends des douches plutôt que des bains (une douche rapide permet de consommer entre 25 et 100 litres d’eau au lieu de 250 litres environ pour un bain).
  • Je coupe l’eau quand je me brosse les dents (en utilisant un gobelet), quand je me lave les mains ou quand je me rase, cela me permet de réduire ma consommation d’eau de moitié.

A la maison… pour le ménage

  • J’utilise un lave-linge et un lave-vaisselle de classe « A » qui utilisent peu d’eau.
  • Je ne fais fonctionner mon lave-linge ou mon lave-vaisselle que lorsque la machine est pleine ou en utilisant la touche demi-charge (je peux ainsi économiser environ 30 % du volume d’eau).
  • Je réduis l’emploi des programmes de prélavage (ce type de programme n’est plus nécessaire avec les machines récentes).
  • Je ne laisse pas couler l’eau pendant que je fais la vaisselle : je remplis le bac de rinçage.
  • Je ne jette pas de produits toxiques, comme de la peinture, solvants ou autres huiles, dans les sanitaires.
  • Pour laver et rincer la voiture, j’utilise des seaux d’eau au lieu d’un tuyau d’arrosage. Je peux aussi faire laver ma voiture dans une station de lavage, car ce lieu est équipé de circuits d’évacuation de lavage (ce qui permet d’économiser environ 200 litres d’eau)

Au jardin…

  • J’utilise l’eau de lavage des légumes pour arroser mes plantes ou mon jardin. Je choisis des végétaux résistants à la chaleur.
  • Je n’arrose pas la pelouse qui reverdira toute seule en période de pluie.
  • J’utilise de l’eau de pluie pour arroser mes plantes et j’opte pour des techniques économes en eau comme le goutte-à-goutte, le paillage ou l’herbe coupée lors des fortes chaleurs pour conserver l’humidité du sol…
  • J’utilise des engrais naturels, les engrais qui contiennent des pesticides sont massivement employés en agriculture. Mais pour rester potable, l’eau ne doit pas en contenir plus de 0.5 microgrammes par litre. Les jardiniers amateurs sont tout de même la source de 25 % de la pollution des nappes souterraines. J’utilise donc des déchets organiques (nourriture, branchages, herbe tondue…) pour un engrais entièrement naturel.
  • Je n’utilise pas d’insecticide dans mon jardin, un simple jet d’eau permet de faire tomber la plupart des insectes des plantes.
  • J’arrose le soir, cela réduit les pertes dues à l’évaporation (5 à 10 %)

Retrouvez les conseils de la MCE par ici !

  • Je ne laisse jamais couler l’eau inutilement.
  • Je ne laisse pas un robinet goutter, et je contrôle régulièrement les fuites d’eau. Réparer rapidement une petite fuite d’eau peut éviter un énorme gaspillage : une fuite légère peut représenter une perte de 35 000 litres d’eau par an ! Pour essayer de les détecter, il est recommandé de surveiller attentivement les factures et de relever le compteur tous les mois.

Le saviez-vous ?

Une chasse d’eau qui fuit = plusieurs dizaines de m3 par an voire plus d’une centaine.
Un robinet qui goutte = 30 à 50 m3 par an de gaspillage.

  • Je fais installer un limiteur de fuites : il ferme l’arrivée d’eau en cas de rupture subite d’une conduite d’eau ou en cas de perte systématique (un robinet qui fuit) au bout d’un certain temps.
  • J’évite le gaspillage de papier et opte pour le papier recyclé dont la préparation nécessite moins d’eau et d’énergie.
  • Je fais durer la ramette à papier en écrivant recto-verso

Ce que dit la réglementation : La gestion des eaux pluviales est régie par le Code Civil (articles 640-641-681), qui indique que “tout propriétaire a le droit de disposer et d’user des eaux pluviales qui tombent sur son fond“.

Autrement dit, l’eau qui tombe sur votre terrain vous appartient !

L’eau de pluie peut être récoltée dans une citerne ou même simplement dans un tonneau. L’eau de pluie légèrement purifiée peut servir à l’arrosage du jardin, au lavage de la voiture, au nettoyage de la maison, à faire la lessive… et permet d’économiser des centaines de litres d’eau par an. De plus, l’eau de pluie, plus douce, permet l’utilisation de savons naturels à la place de détergents et rend inutile l’usage d’adoucissants chimiques.

A ce titre Couesnon Marches de Bretagne mettra en place à partir de 2021 un programme de subvention des récupérateurs d’eau de pluie.

Il est possible d’installer une douchette à faible débit et d’utiliser le bouton pour arrêter la douche située sur le pommeau. Par exemple, au moment du shampoing ou le jet d’eau n’est pas indispensable. Un robinet thermostatique permet de régler la chaleur de l’eau au préalable pour ne pas laisser l’eau couler inutilement en cherchant la bonne température.

Un limiteur de débit et mousseur est un système installé à la sortie du robinet et qui permet de limiter le débit de l’eau. En combinaison avec un mousseur, cela permet d’offrir un jet d’eau suffisant pour un rinçage efficace.

A ce titre le Pays de Fougères dans le cadre du futur Conseil en Énergie Partagé mettra en place à partir de 2021 un programme de subvention des mousseurs.

Le saviez-vous ?

Pour un foyer de 4 personnes, les limiteurs de débit placés sur les robinets et les douchettes à faible débit génèrent une économie annuelle de l’ordre de 30 % soit 6,5 m3 avec un mousseur et 29 m3 avec une « éco-douchette ».

Plus d’un tiers de la consommation domestique d’eau potable est consacré aux toilettes !

Installer une chasse d’eau à double commande ou un système stop eau dans les toilettes : cela permet de diminuer la consommation d’eau de plusieurs litres à chaque remplissage de la cuvette (Une chasse d’eau classique consomme entre 6 et 12 litres d’eau, une double commande 3 à 6 litres).

Modifier le flotteur réduit le volume d’eau utilisé, vous pouvez aussi placer une bouteille pleine de sable ou une brique dans le réservoir pour qu’il ne se remplisse que partiellement.

Newsletter

Réseaux sociaux

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×