Biodiversité : espèces invasives

Couesnon Marches de Bretagne est préoccupé par l’arrivée des espèces invasives sur son territoire.

Quelques rappels

Une espèce est dite exotique (allochtone, introduite) dans une entité biogéographique quand cette entité est extérieure à son aire de répartition naturelle. La population d’une espèce exotique est dite envahissante lorsque son introduction par l’homme (volontaire ou fortuite), son implantation et sa propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes avec des conséquences écologiques et/ou économiques et/ou sanitaires négatives.
Une espèce autochtone est dite envahissante lorsqu’elle accroit son effectif et sa distribution (parfois temporairement : migration, pullulation cyclique) au sein de son aire de dispersion potentielle (son domaine biogéographique) sans intervention humaine directe.

Quelles perturbations ?

La population d’une espèce exotique envahissante peut perturber :

  • des processus écologiques, lorsqu’elle altère le fonctionnement des écosystèmes et les relations entre les organismes vivants et leur milieu,
  • la composition des écosystèmes lorsqu’elle cause la régression ou l’extinction d’espèces indigènes,
  • des activités économiques, lorsqu’elle pénalise les rendements agricoles, le renouvellement des stocks halieutiques ou la valeur touristique des paysages,
  • la santé humaine, lorsqu’elle cause des allergies ou favorise la transmission de virus et de bactéries.
  • la sécurité publique, lorsqu’elle génère des accidents.

En Europe, plus de 16 000 espèces exotiques

L’impact économique des espèces envahissantes, qui représentent 10 à 15 % des espèces exotiques actuellement répertoriées, est estimé à 12 milliards d’euros par an. Couesnon Marches de Bretagne est au cœur du dispositif de lutte et de prévention.

Deux exemples d’espèces invasives

Exemple 1 : la renouée

  • Problématique

La mauvaise gestion des bords de routes a fait proliférer ces plantes. Chaque morceau de plante devient alors une nouvelle plante par marcottage. Cela entraine une multiplication des plantes qui vont pénétrer dans les parcelles agricoles entrainant une perte de productivité des productions de céréales, de maïs, etc.

La méthode de gestion actuelle, néfaste pour l’environnement et l’économie rurale, va permettre à la plante de se développer le long des routes entrainant une pénurie d’eau pour les parcelles agricoles et les cours d’eau. En effet, ces plantes à larges feuilles et assez hautes (dépassent parfois les 4 m de hauteur) ont une évapotranspiration très forte. A terme, l’approvisionnement en eau de la collectivité et de la population pourrait être remis en cause.

  • Solutions

Il est préconisé de ne rien faire dans les zones à renouées repérées par les services de la voirie et la population. Dans certaines collectivités, les agents de voirie passent plusieurs fois par an récupérer là la main pour les détruire.
une solution ultime développée est le broyage avec exportation à plus de 15 cm de hauteur.

Exemple 2 : le frelon asiatique

  • Problématique

Plus petit que le frelon européen, un thorax brun-noir, du jaune à l’extrémité des pattes : dès le printemps, le frelon asiatique fait son apparition. La période est en effet propice à la sortie de l’hivernage des premières reines.

Arrivé en 2015, le frelon asiatique est bien installé sur notre territoire comme le montre le tableau ci-joint :

Année

2015

2016

2017

2018

Nids détruits

41

103

71

429

Coût

3646

10008

7320

42840

  • Solution

L’implication de Couesnon Marches de Bretagne dans le combat contre le frelon asiatique a changé.

Que faire si vous repérez un nid sur votre propriété ? C’est simple :

  1. Contactez votre référent local à la mairie : il peut s’agir de votre maire ou de l’agent en charge du dossier,
  2. Une fois le nid de frelon asiatique avéré, deux options se dégagent :
    • Le nid est de petite taille et contient peu d’individus : il s’agit d’un nid primaire. La destruction est alors prise en charge par Couesnon Marches de Bretagne.
    • Le nid a grossi et a atteint son stade secondaire. Sa destruction est alors à votre charge.

La résistance s’organise

Couesnon Marches de Bretagne a mis en place une organisation avec les différentes communes et en partenariat avec le FGDON 35 (Fédération des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles). Un travail de suivi et de lutte a été mis en place avec le service géomatique de Couesnon Marches de Bretagne et les référents des communes.
De plus, Couesnon Marches de Bretagne met à disposition des piégeurs agréés des cages pièges à ragondins.

Opérations de formation et d’information

Du fait du développement important des espèces invasives et l’arrivée prochaine sur le territoire, du moustique tigre et de l’ambroisie (allergie), Couesnon Marches de Bretagne lance une opération de formation et d’information sur l’ensemble du territoire pour mieux connaitre et lutter contre ces fléaux qui ont des répercutions économiques, sanitaires, écologiques sur divers secteurs d’activités tels l’agriculture…

Newsletter

Réseaux sociaux

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×